Mela Muter, Nature morte aux poissons

poisson, anchois, citron, nature_morte, collioure
Mela Muter, Nature morte aux poissons, huile sur toile, coll. musée de Collioure, crédit François Pons

Artiste polonaise formée à Paris, Melania Mutermilch, dite Mela Muter, découvre la région en 1918. Elle y suit son compagnon, l’écrivain et militant socialiste Raymond Lefèvre, venu soigner sa tuberculose. Malgré les séjours à Vernet les Bains et aux Escaldes, la maladie l’emporte prématurément.

La peine et la gêne financière de Mela Muter expliquent sans doute son long séjour à Collioure, de 1921 à 1924, où elle vient panser ses plaies.

De la peinture de Mela Muter émane une intensité dramatique rare. Son expressionnisme puissant transforme cette modeste scène domestique en une bouleversante vanité : sardines et coquillage convulsent sur un torchon aux plis cassants tandis que le citron, comme une note de lumière acide, renvoie à la nécessité de s’affranchir de son corps pour élever son esprit.