Léopold Survage

Rose Adler, Survage dans son atelier notice biographique crédit Centre Pompidou MNAM Bibliothèque Kandinsky droits réservés
Rose Adler, Survage dans son atelier
crédit Centre Pompidou MNAM Bibliothèque Kandinsky, droits réservés
Léopold Frédéric Léopoldovitch Stürzwage ou Léopold Survage
31 juillet 1879, Moscou – 31 octobre 1968, Paris

De 1897 à 1900, il travaille dans la fabrique de pianos de son père.  Il s’inscrit en 1901 à l’école des Beaux-Arts de Moscou et fréquente les milieux  d’avant-garde, avant de s’installer à Paris en 1908.

Là, il suit les cours de l’Académie Matisse et de l’Académie Colarossi. Il expose à partir de 1911 et, en 1914, théorise le principe du « rythme coloré » par lequel est trouvée une analogie entre la forme visuelle colorée et la musique.

En 1915, il découvre la lumière méditerranéenne, d’abord à Nice où il se réfugie pendant la Première Guerre mondiale ;  puis à Collioure qui est le principal sujet de son travail de 1925 à 1932, véritable révélation pour ce jeune Russe qui n’avait connu jusqu’ici que les lumières du Nord.

En 1920 il fonde la Section d’Or avec Gleizes, Archipenko, Braque, Léger… et participe l’année suivante à l’exposition  » les Maîtres du cubisme  » à la Galerie de L’Effort Moderne.

En 1927 une exposition particulière à Chicago lance sa carrière internationale. En 1937, il réalise une série de panneaux monumentaux pour le Palais des Chemins de Fer à l’Exposition des Arts et Techniques de Paris puis se consacre à la peinture monumentale dans les années 1950-1960.