Abel Burger, seul le souvenir des choses

du 9 octobre 2021 au 2 janvier 2022
Abel Burger, Seul le souvenir des choses, affiche de l'exposition du musée d'art moderne de Collioure
Abel Burger, Seul le souvenir des choses, exposition du 9 octobre 2021 au 3 janvier 2022, musée d’art moderne de Collioure

Abel Burger a des souvenirs pour plusieurs vies.

Les uns lui appartiennent, les autres sont empruntés, rêvés, volés puis rendus mais tous se répondent, comme un souvenir en aimante un autre. De ces mémoires offertes, rien ne nous semble vraiment étranger.

Car les images qu’Abel Burger convoquent ont la persistance du rêve qui, réveillé, continue de nous hanter, mêlant sans logique apparente les bribes éparses d’une mémoire endormie. Elle emprunte autant à l’art pariétal qu’aux expressionnistes américains un art brut et direct, un trait spontané qui tient la raison à distance.

Les icônes de la pop culture, la transe de Jackson Pollock, l’expressionnisme de Bob Thompson, les animaux de William Hawkins sortent sur la toile comme un océan furieux. Et c’est en pleine tempête, enfin, que le calme arrive.

Au flot océanique succède aujourd’hui la surface étale de la mer Méditerranée. Phœnix, centaure, sphinge forment le bestiaire d’une arche de légende envoyée à la découverte du labyrinthe du roi Minos, du palais de Knossos, de la tombe du plongeur à Paestum…

Au chaos du monde, Abel Burger oppose la construction d’un grand récit. Au fil d’une œuvre d’une rare puissance narrative, elle fonde une mythologie personnelle dans laquelle les combats des dieux, jamais, ne voilent le soleil et livre une œuvre  qui semble nous dire qu’au milieu du tumulte et du fracas, seul comptent les voix que l’on se murmure à soi-même.